Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 20.3 Robert C. Krieg : Dan Krieg, son neveu...

    Robert Krieg 6.jpgVoici  l'insigne de la 83ème Division Thunderbolt.... Les lettres O, H, I, O, sont ici rassemblées en l'honneur  de l'état des Etats-Unis où cette Division fût activée lors de la 1ère guerre mondiale. Cette Division comprenait alors des soldats issus de l'Ohio et cet écusson était cousu sur l'épaule.

    Cette photographie ne devrait avoir qu'un intérêt documentaire mais en fait, elle vaut plus que cela : Cet écusson a réellement appartenu à Robert C Krieg.

    C'est encore une fois la magie d'Internet qui m'a permis d'entrer en contact avec la famille de Robert. Il a suffit de la petite semaine qui suivit la mise en ligne de mes recherches pour trouver Dan, le propre neveu de RobertDan, de son côté, qui recherchait à rassembler des informations sur son oncle. est tombé sur ma photographie de la sépulture d'Omaha Beach et sur mon avis de recherche. Le hasard de cette rencontre fit le reste et, dans l'émotion réciproque qui nous a réunis, nous avons pu poursuivre ensemble ce travail de mémoire que nous tentions d'entreprendre, lui aux Etats-Unis et moi, en France.

    Dan a pu rencontrer Janet, la propre soeur de Robert, et recueillir auprès d'elle les précieux éléments qui composent la vie de Robert C. Krieg. Dan a bien voulu me les transmettre en me donnant son accord pour les diffuser : la photographie de son écusson en est la premiere publication. De mon côté, je vais me rendre sur les lieux où Robert a livré sa dernière bataille et y rencontrer les témoins - s'il en reste encore - de ces combats parmi les plus violents de la Bataille de Normandie. Les notes qui vont prochainement suivre vont raconter l'histoire de cet homme. Vous y verrez aussi les photographies qui illustrent sa vie. Notre but, à Dan et à moi, nous est commun : nous souhaitons rassembler, avant qu'il ne soit trop tard, les éléments de son histoire afin qu'elle ne soit pas perdue et que nos enfants et petits enfants puissent continuer à la faire vivre.

    J'ai pour habitude de dire que le hasard n'existe pas. Si Robert C. Krieg s'est retrouvé sur les chemins d'Hd'H, c'est qu'il le fallait et que, quelque part, j'avais besoin de lui pour y concentrer la reconnaissance et l'affection que l'on doit à tous ces hommes qui périrent en 1944 sur le sol de Normandie. Ils sont si nombreux...

    Je tiens, tout particulièrement à remercier ici Dan Krieg et sa famille pour leurs précieuses informations.

    (A suivre...)

  • 20.2 Robert C. Krieg et la 83rd

    J'ai retrouvé, par le site du Memorial Montormel, l'histoire de la 83rd à laquelle Robert C. Krieg était rattaché. Elle dit ceci :

    La 83e DI fut créée une première fois en septembre 1917. Elle fut envoyée en France en juin 1918, mais la grande majorité de ses unités furent reléguées en réserve, ne prirent pas activement part aux combats ou le firent de manière ponctuelle. La 83e DI ne combattit jamais en tant qu’unité constituée et fut rapatriée aux Etats-Unis entre janvier et octobre 1919.

    La 83e DI fut recréée le 15 août 1942 à Camp Atterbury, dans l’Indiana. L’entraînement intense permit à la division de participer aux manœuvres du Tennessee dès juillet 1943. L’entraînement et les exercices reprirent ensuite à Camp Breckinridge, dans le Kentucky, avant que la division ne soit expédiée en Grande Bretagne, le 8 avril 1944. Dans l’attente de son engagement en Europe, elle termina sa formation et, peu de temps après le jour J, elle fut rattachée à la 1ère Armée de Bradley.

    Normandie

    83nd.jpg25 juillet 1944 – l’opération Cobra est lancée. Un GI de la 83e DI à l’abri derrière une Schwimmwagen retournée par une explosion. Les premiers éléments de la 83e DI débarquèrent en Normandie le 18 juin. La division s’assembla dans le secteur de Bricqueville, puis fut dirigée au sud ouest de Carentan, où elle releva la 101e aéroportée à partir du 26 juin. Elle fut rattachée au 7e Corps.

    (Photographie du site du Memorial de Montormel)

    A partir du 4 juillet, date décès de Robert C. Krieg, la 83rd fut lancée à l’assaut le long de la route Carentan – Périers. A l’image des autres unités américaines, elle progressa lentement, le terrain offrant à l’ennemi des conditions de défense idéales. De plus, sa route était barrée par la 17e SS-PzGD et le 6e FjR (2e FjD) – deux unités d’élite. Le seul premier jour de l’offensive, son attaque sur Sainteny lui coûta 1.400 pertes – 10% de son effectif ! C’est au terme de 1.500 pertes supplémentaires qu’elle parviendra à s’emparer de la ville le 9 juillet. Elle progressera ensuite vers Périers, avant d’être placée en repos.

    A partir du 25 juillet, la 83e DI fut lancée dans l’opération Cobra. Elle nettoya les dernières poches de résistance ennemies, et traversa la Taute le 27. Elle libéra Marchésieux le 28, coupa la route Saint-Lô – Périers, puis prit le Mesnil Vigot. Elle fut ensuite mise au repos le long de la route Saint-Lô – Coutances. A partir du 1er août, elle protégea les passages vers la Bretagne, au pied du Cotentin, avant de se porter vers la péninsule.

    (à suivre)

  • 20.1 Robert C. Krieg, in memoriam

    A la veille de ce 6 juin 2010, il convient de se souvenir de ce jour de 1944 qui, il y aura 66 ans déjà, a profondément marqué cette belle région de Normandie. Ici, tous les ans, la commémoration du débarquement des forces alliées est abondemment célébrée par les différents media. Elle est devenue un symbole du souvenir pour la paix. Jean-Marie Girault, ancien Maire de Caen, est à l'origine du Memorial, ce musée pour la paix, qui dans cette ville est là pour rappeler ce symbole :

    "Nous sommes toutes et tous héritiers de ce siècle dont on doit, à tout prix, conserver la mémoire intacte et sans cesse écrire l’Histoire. Mémoire des martyrs, mémoire des idées, mémoire des sacrifices pour sauver l’homme de « l’inhumanité de l’homme pour l’homme."

    Dans une époque troublée où j'ai le sentiment que l'on fait tout pour susciter les haines, que l'on privilégie l'ego au "chacun pour tous", il est bon, comme j'essaye de le faire dans Hd'H, de puiser l'exemple dans l'histoire pour éviter que les drames ne se reproduisent.

    USKrieg 004.JPGLe nom de Robert C. Krieg ne vous dit probablement rien. J'en ignorais moi-même son existance avant l'instant de mon adhésion à l'Association "Les Fleurs de la Mémoire" qui a bien voulu me confier -au hasard- l'adoption de ce soldat tombé lors de cette guerre. Célébrer sa mémoire, découvrir qui il était, rappeler son sacrifice, c'est, à ma façon, comprendre et accepter ces morts qui sont ensevelis ici, sur le sol de Normandie.

    Hd'H va tenter de retrouver quelle était sa vie et faire revivre son image. Vous, qui me lisez, pouvez y aider en apportant les éléments que vous possédez. Je publierai ici tout ce que j'apprendrai sur lui et le souvenir de ce jeune homme tombé à 25 ans en 1944, comme de nombreux autres, nous aidera à ne pas oublier que sa mort n'a pas été totalement inutile..

    Robert C. Krieg vivait à Lorain dans l'état de l'Ohio.  Il était marié et après 4 ans d'études secondaires, il travailla comme diplomé dans l'industrie du traitement thermique (recuit et trempe). Il s'engaga le 12 octobre 1942 à Cleveland (Ohio) sous le matricule 35516426 dans le 329e Régiment d'Infanterie de la 83e Division d'Infanterie connue sous le nom de Division Thunderbolt. Il est mort au champ d'honneur le 4 juillet 1944.  Antoine Noslier, qui connait bien l'histoire de la 83e Division m'a adressé le message suivant :

    Tout ce que je peux vous dire pour l'instant, c'est qu'il est mort le premier jour de l'offensive de la 83rd en Normandie. il est mort entre Carentan et Sainteny, par rapport à la date de son décès.
    C'est, pour le moment, tout ce que je sais de lui. Il repose au cimetière militaire américain de Colleville sur Mer au dessus de Omaha Beach dans le Bloc H, Allée 1, N° 27 ...
    (à suivre...)