Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 - Jules Claretie

  • 13.2 Citations de Jules Claretie

    JulesClaacad.jpgMon blog, c'est un peu comme une bouteille à la mer qui, je l'espère, échouera , un jour ou l'autre sur le rivage de l'expert qui voudra bien répondre aux questions qu'elle contient. Ma lettre de Jules Claretie ne semble inspirer personne pour le moment. Mais un jour, peut-être, avec la magie d'internet, je tomberai bien sur celui ou celle qui me donneront les clefs de ces réponses ou, plus simplement la remarque qui fera avancer la réflexion. Pour patienter, ou vous faire patienter, je vais vous livrer deux citations de Jules Claretie que j'ai rencontrées, comme celà, en flanant sur internet. Elles n'ont pas viellies et témoignent que notre Jules connaissait bien les hommes... A méditer !

    "Il en est de certains artistes comme du duc de Guise : ils paraissent plus grands couchés que debout"

    et celle-ci... assez actuelle, ma foi...

    "Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande armée des gens, d'autant plus sévères, qu'ils ne font rien du tout."

    En attendant désespèrément vos commentaires constructifs, je vous informe que, dans les prochains jours, nous évoquerons Edmond de Goncourt. Nous parlerons aussi d'un homme dont j'ai découvert les nombreux talents. Je veux parler d'Albert Robida

  • 13.1 Lettre de Jules Claretie

    jcaretielettre.jpgLa note 11.2 fait référence à une lettre de Jules Claretie et présente une petite biographie de cet homme. La question du destinataire de cette lettre y était posée et je vous invite aujourd'hui à m'aider à son identification. Toute observation, tout commentaire que vous pourriez faire, seront très utile à mes recherches.

    Jules Claretie, comme Administrateur de la Comédie Française, s'y exprime, le 1er mars 1894, en ces termes :

    Monsieur, Je suis tellement pris et repris par des occupations imprévues que je n'ai pu (et je m'en excuse et voudrais m'en excuser) vous remercier encore de l'envoi de vos précieux et curieux ouvrages. Votre lettre me rappelle ma dette et je vous demande l'absolution. Vous pouvez compter, Monsieur, que je ferai tout - et de tout coeur - pour que justice vous soit rendue et je vous prie de croire à mes plus sincères et dévoués sentiments. (signé) Jules Claretie

    Il y a plusieurs points à relever dans cette lettre :

    1) La date : 1er mars 1894

    2) Le destinataire vient d'adresser plusieurs "précieux et curieux ouvrages" à Jules Claretie

    3) Jules Claretie mentionne une "dette" envers son destinataire

    4) Jules Claretie fait part d'une injustice subie par son destinataire et qu'il se propose de réparer.

    Bien évidemment, les possibilités sont nombreuses et il convient d'émettre et vérifier des hypothèses pour cerner la vérité. En attendant vos réponses, je suggére d'examiner la possibilité Emile Zola. A cette date, celui-ci est sur le point de publier "Lourdes" et j'ai vu une édition de cet ouvrage portant un envoi d'Emile Zola à l'attention de Jules Claretie. Toutefois, il faudrait que cet envoi soit antérieur au 1er mars 1894, ce qui est peu probable car les premières publications de l'ouvrage seront faites sous forme de feuilletons dans le Gil Blas de la même année qu'en avril. Pour la dette, pas de traces, sinon que Claretie n'a pu fournir des places à la Comédie Française, plusieurs fois demandées par Zola ... L'injustice serait plus facile à identifier : Zola vient de subir trois cuisants échecs dans ses tentatives d'élection à l'Académie Française. En effet, en février 1894, Zola se présente à la succession de Taine et de Charles de Mazade. Deux fauteuils lui tendront les bras sans succès. S'il rassemble quelques voix pour le fauteuil de Mazade (jusqu'à onze...), il devra s'incliner devant le poète José Maria de Heredia. Pour celui de Taine, pas une voix dans cette élection qui sera ajournée au 31 mai de la même année. Le fauteuil de Maxime du Camp se libère : même sanction... pas une seule voix pour Zola. Ses éléments pourraient bien constituer "l'injustice" relevée par Claretie.... Votre avis ? Il ne tient qu'à votre aide pour qu'il y ait une suite à cette enquête....