Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bancquart

  • 18.2 Zola : L'Impressionniste"

    Marie-Claire Bancquart dans Paris "fin-de-siècle" affirme que "L'OEuvre" de Zola présente une intrigue des plus faibles du cycle des Rougon-Macquart :

    "On croirait à un roman pour midinettes, quand on lit le récit de la rencontre avec le peintre Claude et la jeune Christine, un soir d'orage, sous une porte cochère du quai Bourbon."

    Ce jugement est certes juste si on compare l'intrigue de "L'OEuvre" à celles que Zola nous avait proposées dans l'Assommoir ou dans Germinal. Le côté "fleur bleue" colle bien toutefois aux personnages et ne gène en rien au sens vrai du roman qui, on va le voir, est un roman-charnière, un roman-bilan en rapport direct avec la vie de l'écrivain en 1886. C'est en ce sens qu'il est un roman majeur dans l'oeuvre de Zola. D'ailleurs Marie-Claire Bancquard ne se trompe pas :

    "Et malgré une intrigue si faiblement conçue, on se sent devant un roman fort."

    Numériser0002-1.jpg (*) Si l'on met de côté la bleuette mélodramatique qui se joue entre Claude et Christine, on découvre ce qui fait la force du roman : Zola, l'impressionniste qui n'a pas besoin de pinceau pour peindre quatre admirables chef-d'oeuvres qui constituent la véritable assise du livre. Relisez le roman et vous y trouverez ce travail d'artiste. Zola a fréquenté de près les peintres. Critique d'art à son heure, il en vêcu avec eux les joies et les affres de la création et ses descriptions sont de véritables toiles de maîtres qu'il serait aisé à reproduire tant les mots respirent la couleur. Marie-Claire Bancquart isole quatre compositions qui marquent les étapes de la carrière de Claude Lantier : L'Ile Saint-Louis, les petits hotels face à l'île, la Seine et ses chalands, et le Paris tragique de feu et de sang. Autant de toiles qui composent les décors où évoluent les personnages. Autant de force au point de se demander s'il ne s'agit pas d'un roman inversé oû l'intrigue serait décor et vice-versa. Les évocations de Marie-Claire Bancquard sont là pour l'illustrer:

    "L'île Saint-Louis n'est plus que l'extrèmité de la ville, toute baignée dans une lueur rouge qui est, cette fois, celle de la joie et de l'innocence. Le point de vue change. Paris est maintenant décrit par ses ciels capricieux d'"or" et de "lave", d'"étincelles", opposées aux soirs calmes où la coupole de l'Institut apparait seule en noir sur du "saphir".

    Ces vues sont structurées comme "Les Quatre Saisons" de Cézanne où l'été, le printemps, l'automne et l'hiver rythmeraient la carrière amoureuse et artistique de Claude et de Christine. Mais l'on y retrouve toute l'essence du vêcu de Zola : les escapades de jeunesse à Bennecourt, les charrettes où l'on empile les toiles que l'on présente à l'Expo, le poêle fumant de Mahoudeau que Cézanne peindra, l'irrépprochable Alexandrine, l'"honnête" épouse qui cache une jeunesse qui brinqueballe, c'est aussi l'embrasement de la Commune... C'est Zola lui-même en pleine crise de la quarantaine qui n'a pas encore rencontré "celle qui lui redonnera ses vingt ans". C'est pour tout celà qu'il sagit du roman-bilan-charnière de l'oeuvre de Zola qu'il faut relire avec de nouveaux yeux.

    Nous tenterons dans la prochaine note de le relire avec les yeux de Cézanne, et là, nous aurons encore une autre lecture... (à suivre...)

    (*) Le tableau représenté est l'oeuvre de Johan Barthold Jongkind, "La Seine et Notre-Dame de Paris" (1864) - Musée d'Orsay

  • 18.1 Zola "fin-de-siècle" : L'Oeuvre

    Numériser0001.jpgLa lecture d'un livre trouvé chez ALAPAGE au rayon "Philosophie", a conforté en moi l'opinion que je n'osais avancer devant les avis éclairés habituellement exprimés par beaucoup d'experts. Il s'agit d'un essais admirable que Marie-Claire Bancquart  publia en 1980 et qui fût réédité en 2002 aux Editions de la Différence. Dans ce livre intitulé Paris "fin-de-siècle" , l'auteur déroule un travail remarquable autour d'une analyse poussée de l'oeuvre des écrivains de la fin du XIXe siècle et de leurs personnages. Ils vivent dans ce Paris d'après les grands travaux hausmanniens, celui d'après la guerre de 1870 et de la Commune qui suivra en 1871. On a senti, dans la note précédente, l'impact de ces évènements sur l'écriture des oeuvres homologues de Berthet et Zola : le livre de Marie-Claire Bancquart en apporte l'éclairage nécessaire. J'y ai trouvé l'une des plus pertinentes analyses de L'OEuvre et que je voudrais vous faire partager sur HD'H.

    Je suis décidément très las de lire ou d'entendre que Zola et Cézanne se soient fâchés à la suite de la publication par Zola de son roman L'OEuvre en 1886. Les plus proches de Cézanne ont dit et répété que Cézanne s'était reconnu dans Claude Lantier, le peintre "maudit" de L'OEuvre et que la peine et l'amertume qui en ont découlé ont été à l'origine de la facherie radicale entre les deux hommes. Je suis franchement désolé que l'on ait retenu de l'OEuvre que cet évènement, même si celui-ci est charnière dans la carrière des deux artistes.

    Or la dernière lettre que Cézanne adressa à Zola depuis Gardanne le 4 avril 1886 n'est pas une lettre de rupture même si elle met en lumière la cruelle nostalgie de Cézanne qui se souvient de la jeunesse et de la fraternelle amitié partagées avec Zola :

    Mon cher Emile, Je viens de recevoir L'OEuvre que tu as bien voulu m'adresser. Je remercie l'auteur des Rougon-Macquart de ce bon témoignage de souvenir, et je lui demande de me permettre de lui serrer la main en songeant aux anciennes années. Tout à toi sous l'impulsion des temps écoulés.

    La signature de Paul Cézanne met une point final à leur relation épistolaire. De là à conclure que ce simple accusé de réception soit une fin en soi de leurs relations est un peu rapide. Je pense que le désamour fût chose plus complexe et insidieuse. Je vais m'attacher dans les notes qui vont suivre à combattre cette idée reçue pour démontrer que ce qui sépara les deux hommes est une lente érosion de la vie, un peu comme dans "Les feuilles mortes" de Prévert, oû elle sépare doucement ceux qui s'aiment, tout doucement sans faire de bruit.

    Par la même occasion, je chercherai peut-être à remonter L'OEuvre dans la hiérachie des romans de Zola et que je considère comme un livre majeur. Il est primordial qu'il ait une autre image auprès des élèves ou des étudiant qui n'en retiennent que la seule désolante facherie. Zola "fin-de-siècle", c'est l'étonnant rayonnement de cet homme que je vous proposerai dans mes prochaines notes. (A suivre...)