Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bordas

  • 8.3 Le lithographe : Fernand Mourlot

    Ma carte de Noël devait me réserver une deuxième surprise. La deuxième lettre transmise par la Fondation Gunter Böhmer était aussi rédigée par le même personnage, J. O'Meara. Mais cette deuxième lettre, adressée le 23 décembre 1938, à la veille de Noël, l'était à Fernand Mourlot, 18 Rue de Chabrol à Paris. Dans cette lettre, il demande à Fernand Mourlot de vouloir bien remettre à Monsieur Böhmer les six exemplaires sur Japon qu'il avait gardé sous macules. Le mot "macule" désigne des feuilles que l'on intercale entre les feuilles fraichement imprimées pour éviter de tâcher le verso de ces feuilles. L'impression de la carte est donc toute fraîche...

    emourlot015.jpgFaut-il présenter Fernand Mourlot ? Son nom est désormé associé à la lithographie d'art. L'époque où il réalise ce document en 1938 fera date et cette carte fait partie des prouesses artistiques mais aussi techniques de ce génie de l'art graphique. Hervé Bordas, le petit-fis de Fernand Mourlot, m'a aimablement rapporté que l'artiste rêvait de reproduire la Tapisserie de Bayeux. Cette carte de Noël en est l'illustration et cette réalisation d'une bande dessinée de 4 mètres est déjà une performance technique étonnante en 1938.

    Vous pouvez lire ci-contre, sur le site que Hervé Bordas consacre à son grand-père, les détails sur sa vie et son oeuvre réalisée en grande partie dans l'imprimerie au 18 de la rue de Chabrol. Cette rue est déjà célèbre qui fût le théatre du "Fort Chabrol", celui d'une autre imprimerie où, en 1899, Jules Guérin publiait "l'Antijuif" au n° 51. Ce repère antidreyfusard est assiègé pendant 38 jours par la police. Jules Guérin et ses hommes finiront par se rendre le 20 septembre 1899.

    Le nom de Fernand Mourlot restera associé à l'affiche d'art. Débutant en 1930 avec l'exposition Delacroix, puis Vlaminck et Utrillo vinrent rue de Chabrol. Puis ce sera un défilé d'artistes peintres célèbres comme Picasso, Matisse, Chagall, Miro, Braque, Bonnard, Dubuffet, Léger, Giacometti ... Nous pouvons y ajouter aujourd'hui le nom de Gunter Böhmer.

    Je veux associer aussi à cette carte ses pressiers , le père Tutin et Célestin qui y ont certainement collaboré à l'époque en apportant à cet art nouveau le génie des innovations.

    Pierre Cabanne rapporte dans "Cinquante ans de lithographie", extraits © Pierre Bordas et fils éditeurs, 1983 les propos de Paul Valéry qui déclare :

    "La lithographie est peut-être de tous les moyens graphiques d'accompagner un texte celui que la poésie appelle de préférence".

    J'y ajouterai qu'en plus, comme on s'en rend compte avec la lithographie de cette carte, nul n'est besoin de texte pour que la poésie s'y exprime.