Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

caen

  • 20.1 Robert C. Krieg, in memoriam

    A la veille de ce 6 juin 2010, il convient de se souvenir de ce jour de 1944 qui, il y aura 66 ans déjà, a profondément marqué cette belle région de Normandie. Ici, tous les ans, la commémoration du débarquement des forces alliées est abondemment célébrée par les différents media. Elle est devenue un symbole du souvenir pour la paix. Jean-Marie Girault, ancien Maire de Caen, est à l'origine du Memorial, ce musée pour la paix, qui dans cette ville est là pour rappeler ce symbole :

    "Nous sommes toutes et tous héritiers de ce siècle dont on doit, à tout prix, conserver la mémoire intacte et sans cesse écrire l’Histoire. Mémoire des martyrs, mémoire des idées, mémoire des sacrifices pour sauver l’homme de « l’inhumanité de l’homme pour l’homme."

    Dans une époque troublée où j'ai le sentiment que l'on fait tout pour susciter les haines, que l'on privilégie l'ego au "chacun pour tous", il est bon, comme j'essaye de le faire dans Hd'H, de puiser l'exemple dans l'histoire pour éviter que les drames ne se reproduisent.

    USKrieg 004.JPGLe nom de Robert C. Krieg ne vous dit probablement rien. J'en ignorais moi-même son existance avant l'instant de mon adhésion à l'Association "Les Fleurs de la Mémoire" qui a bien voulu me confier -au hasard- l'adoption de ce soldat tombé lors de cette guerre. Célébrer sa mémoire, découvrir qui il était, rappeler son sacrifice, c'est, à ma façon, comprendre et accepter ces morts qui sont ensevelis ici, sur le sol de Normandie.

    Hd'H va tenter de retrouver quelle était sa vie et faire revivre son image. Vous, qui me lisez, pouvez y aider en apportant les éléments que vous possédez. Je publierai ici tout ce que j'apprendrai sur lui et le souvenir de ce jeune homme tombé à 25 ans en 1944, comme de nombreux autres, nous aidera à ne pas oublier que sa mort n'a pas été totalement inutile..

    Robert C. Krieg vivait à Lorain dans l'état de l'Ohio.  Il était marié et après 4 ans d'études secondaires, il travailla comme diplomé dans l'industrie du traitement thermique (recuit et trempe). Il s'engaga le 12 octobre 1942 à Cleveland (Ohio) sous le matricule 35516426 dans le 329e Régiment d'Infanterie de la 83e Division d'Infanterie connue sous le nom de Division Thunderbolt. Il est mort au champ d'honneur le 4 juillet 1944.  Antoine Noslier, qui connait bien l'histoire de la 83e Division m'a adressé le message suivant :

    Tout ce que je peux vous dire pour l'instant, c'est qu'il est mort le premier jour de l'offensive de la 83rd en Normandie. il est mort entre Carentan et Sainteny, par rapport à la date de son décès.
    C'est, pour le moment, tout ce que je sais de lui. Il repose au cimetière militaire américain de Colleville sur Mer au dessus de Omaha Beach dans le Bloc H, Allée 1, N° 27 ...
    (à suivre...)
  • 15.1 Albert Robida, Dessinateur visionnaire

    Histoires d'Histoire entre dans la deuxième décennie du XXIe siècle... et j'en profite pour présenter à nos visiteurs tous mes meilleurs voeux pour cette année 2010

    Alors que l'arrivée de l'an 2000 est encore toute proche dans nos mémoires, j'ai choisi de vous présenter un de ces géants du XIXe siècle qui a su combiner ses talents de dessinateur avec l'artiste visionnaire qu'il était. Je veux parler d' Albert Robida que j'avoue humblement ne pas connaitre avant ma découverte d'une de ses innombrables lithographies réalisées de 1890 à 1900 aux quatre coins de la France. Durant cette période, Albert Robida (1848-1926) parcourt les chemins de "La Vieille France", recueil de lithographies sur la Normandie (1890), Paris et la Touraine (1892), puis la Provence (1893).

    044.JPGLa lithographie, que j'ai trouvée chez un bouquiniste, est une image de l'Eglise Saint-Gilles à Caen en est extraite. Aujourd'hui, il ne reste de cet édifice, situé près de l'Abbaye-aux-Dames, que des ruines du bombardement de Caen en 1944 ; ce qui donne à cette gravure encore plus d'intérêt. La finesse du dessin et sa grande sensibilité confèrent à l'oeuvre la grande qualité documentaire qu'apporte l'oeil du journaliste qu'il était.

    La carrière d'Albert Robida débute en 1866. Fils de menuisier, il est destiné par ses parents au notariat. Mais ces études l'ennuient et il se consacre à la caricature qu'il pratique au "Journal Amusant" avant de créer sa propre revue "La Caricature". Auteur de guides touristiques comme "La Vieille France" dont ma gravure est extraite, il se destine à l'illustration.

    Nos notes qui suivront seront consacrées à un aspect très intéressant de son oeuvre. Albert Robida était un visionnaire et publia de 1883 à 1890 plusieurs ouvrages d'anticipation qui nous donne la vision qu'avaient nos anciens du XXe siècle qui se profilait avec l'an 2000 en point de mire. J'ai recherché ces ouvrages qui, n'ayant pas été réédités, ne peuvent malheureusement pas sortir des bibliothèques municipales. C'est le cas du "Vingtième Siècle" paru en 1893 et de la "Vie électrique", ouvrage édité en 1890.

    Albert_Robida.jpgFort heureusement, Guillemette Racine eu l'idée d'écrire un ouvrage que je vous recommande. Publié aux Editions du Layeur en 1999, il porte le titre de "L'an 2000 vu par nos Grands-Pères" où elle a eu l'initiative de rassembler textes et dessins dont ceux d'Albert Robida (ci-contre). Ils y témoignent de sa surprenante vision. Une vision que nous découvrirons dans les prochaines notes d'HdH qui ne manqueront pas, soyez-en sûr, de vous surprendre.... Il y prévoit la promotion sociale de la femme, le numérique, mais aussi les missiles et la guerre chimique, et d'autres errances du siècle comme la pollution, la drogue ou la pornographie. (à suivre...)