Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rochefort

  • 11.1 Zola et la statue de Balzac par Rodin

    001.jpgLe temps des vacances est terminé. C'est le moment de reprendre nos recherches studieuses et je propose, pour cette rentrée, de vous intéresser à la statue de Balzac que vous pouvez admirer à Paris au carrefour Raspail-Montparnasse.

    C'est en achetant une lettre de Jules Claretie, qui fût Administrateur Général de la Comédie Française, que j'ai découvert son lien avec Emile Zola lors de la réalisation de cette statue par Rodin. Une immense polémique suivra dont chacun retrouvera les traces dispersées sur internet comme le présente l'extrait qui suit :

    La Société des Gens de Lettres sous l'impulsion d'Emile Zola, son président, commandera à Rodin une statue de Balzac en 1891. Après avoir étudié les portraits contemporains du romancier, le sculpteur ne retiendra que sa corpulence et la robe de moine qu'il revêtait pour travailler. Il réalisera une allégorie de la puissance de création. L'image hardie qui en résultera, "moins une statue qu'une sorte d'étrange monolithe, un menhir millénaire, un de ces rochers où le caprice des explosions volcaniques de la préhistoire figea par hasard un visage humain" (Georges Rodenbach, L'Elite, 1899), déchaînera l'opinion au Salon de 1898. "Jamais on n'a eu l'idée d'extraire ainsi la cervelle d'un homme et de la lui appliquer sur la figure", écrira Rochefort dans L'Intransigeant (1er mai 1898). (* Source : Insecula)

    J'ai pensé, à travers les notes qui suivront, retracer l'histoire de la statue et de sa création, et surtout comprendre cette polémique. Mais, dès à présent, si vous possédez un certain savoir sur cette affaire, je vous remercie, par vos commentaires, d'y apporter votre contribution. A suivre...