Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

westhausser

  • 16.5 Le (beau) livre de J. Grand-Carteret

    Livrecarteret.jpgMa recherche du "beau" livre de John Grand-Carteret, comme le désigne Gustave Geffroy dans sa lettre, fut aisée. Avec un peu de chance, j'en ai trouvé un exemplaire en Belgique dans un état suffisemment satisfaisant pour bien l'exploiter. Ce livre, imprimé le 12 mai 1885 par Binger Frères est édité par Louis Westhausser. Je découvris, en page de garde, qu'il portait un envoi de l'éditeur en personne destiné à un certain Monsieur Aubertin. Certains collages enlevés ou raturés me font penser que l'ouvrage a, autrefois, séjourné dans une bibliothéque où il était répertorié. C'est un exemplaire numéroté 21018506 qui porte, gravé sur sa tranche en lettres dorées l'inscription BIB.PR.LG.

     Westaussen.jpgLa pratique des éditeurs qui constituait à adresser des exemplaires d'ouvrages aux éminences culturelles était courante. Il est possibleque le "Monsieur Aubertin" destinataire soit Charles Aubertin, élu membre de l'Académie des Sciences Morales et Politiques dont les ouvrages sur les moeurs et l'esprit public sont nombreux. Ce premier livre de Grand-Carteret qui traite des moeurs allemandes en cette fin de siècle ne pouvait que le concerner.

    L'ouvrage est intéressant à plusieurs titres. Bien que Grand-Carteret soit né en France, il a vécu et étudié à Genève et a bénéficié de cette double culture. Aussi, sa vision des moeurs en Allemagne entre la guerre de 1970, encore proche, et la première guerre mondiale qui se profile, est riche par la densité de sa documentation. Mais l'intérêt de l'ouvrage réside par dessus tout dans le moyen utilisé : la caricature. Dans sa préface, John Grand-Carteret déclare :

    "Il ne nous suffit pas d'étudier les gens chez eux, il faut encore les juger par eux, à l'aide des documents qu'ils nous fournissent eux-mêmes. Entre tous les moyens mis ainsi à notre disposition, les arts graphiques occupent la première place. Contemplez les feuilles illustrées, les gravures populaires, les caricatures d'un peuple, vous en apprendrez plus sur lui, avec cette langue imagée si chaude, si vivante, si pleine en couleurs, que par tout autre témoin de la vie publique. [...] Mais toucher à la caricature, c'est pénétrer dans la vie même des peuples."

    Ce livre est donc le premier d'une longue série que publia John Grand-Carteret. Les domaines sont multiples et divers : de l'histoire à la mode féminine, des polissoneries à la conquête de l'air, de l'homosexualité aux différentes formes d'union sexuelle... tout y passe. Mais son plus riche travail porta sur l'Affaire Dreyfus traitée dans deux ouvrages : le premier sur l'affaire en plein 1898 et l'autre sur Zola en 1907. Son oeuvre, exclusivement basée sur la caricature, est une véritable étude sociale à l'aube de XXe siècle. Méconnue, bien sûr...